Une réponse à “Emerald in Algeria”