Tami-HPC

Tami-HPC, un «oranais» en incursion dans le monde des supercalculateurs

par Yahia Benaïssa

«Tami-HPC», est le premier supercalculateur monté de toutes pièces dans une université algérienne. Réalisé par un enseignant en physique, le Docteur Bouamrane Rachid de l’Université des Sciences et de technologie d’Oran (USTO), «Tami-HPC» a été présenté, en juin dernier, à l’occasion du Salon de l’innovation universitaire au Centre des Conventions d’Oran (CCO). Le concepteur de Tami-HPC raconte son histoire et fait le point sur ce qui se passe en matière de supercalculateur.

Pour le Docteur Bouamrane cette relation avec les calculs et les supercalculateurs ne date pas d’aujourd’hui. Après un DES en physique décroché à l’USTO, il obtient son doctorat en 1989 de l’Université du Michigan (USA) portant justement sur les calculs. Pas numériques, mais plutôt vectoriels. A l’époque, il avait déjà estimé indispensable de travailler sur un ordinateur de sa propre conception, nous confie-t-il. C’est une question de fiabilité, un besoin viscéral de maitriser son sujet dans ses moindres détails. C’est dans cet esprit que Tami-HPC est né il y a un an pour être baptisé affectueusement au nom d’un collègue de l’USTO décédé. «Le projet d’un supercalculateur expérimental, rappelle le docteur Bouamrane, a vu le jour à l’USTO, dans le laboratoire d’étude physique des matériaux (LEPM) dirigé par le Prof N. Zerkri». Doté d’un budget très restreint, le projet a été réalisé entièrement par l’équipe du Professeur Bouamrane pour un coût de 800.000 DA. Sa performance de calcul maximum est près de 100 Giga Flops (100 milliards d’opérations par seconde). Cet ordinateur qui est composé de 36 processeurs «dual-core» (soit, 72 cœurs qui travaillent en parallèle) consomme environ 3 Kw de puissance électrique (comme 30 ampoules de 100 watt ou deux fers à repasser). L’équipe du professeur Bouamrane travaille actuellement sur un autre projet pour atteindre une performance 1000 fois plus grande pour un coût de seulement 8 fois le prix du précédent modèle. Aussi, ajoute notre interlocuteur, «avec la nouvelle technologie des cartes graphiques qui tend à rendre les jeux vidéo 3D très réalistes, on se retrouve avec des machines qui s’avèrent être de véritables supercalculateurs très puissants» qui peuvent dépasser 1 Téra flops pour un prix de 200.000DA.

Lire l’article au complet ‘Le Quotidien d’Oran

Ce contenu a été publié dans Articles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Tami-HPC

  1. ILYES dit :

    on dirait que se besoin de voler par ces propres ailes comme pour le sarahCFD et Tami-HPC commence a se généraliser dans le milieu de la recherche dans notre pays , c’est magnifique et on espère que sa nous projettera vers l’avant.

Les commentaires sont fermés.